FYI.

This story is over 5 years old.

Du houblon pour combattre le cancer du sein

Selon une récente étude de l'American Chemical Society, un extrait de la plante avec laquelle on fait la bière pourrait permettre de « repousser le cancer ». La meilleure excuse pour se jeter des pintes derrière la cravate.

Le houblon est connu pour être à la fois un diurétique, une source d'œstrogènes, un stimulant, un narcotique et l'ingrédient qui fait de votre bière une boisson fantastique et rafraîchissante. Depuis longtemps, la plante est soupçonnée de posséder des vertus médicinales par les herboristes et la médecine moderne est en train de se mettre à la page.

Il s'avère que les jolis bourgeons verts qui donnent cette saveur magique et amère à votre pinte pourraient aider à combattre le cancer du sein. Les liens entre le houblon et les œstrogènes ayant déjà été beaucoup documentés – c'est la raison pour laquelle l'IPA ferait grossir les seins des hommes – il paraît assez logique de suggérer un impact potentiel sur les poitrines féminines.

Publicité

Selon une récente étude de l'American Chemical Society (ACS), un extrait de la plante pourrait aider à « lutter contre le cancer du sein », spécialement pour les femmes qui suivent un traitement hormonal de substitution (HRT) pendant la ménopause.

LIRE AUSSI : Dans les Andes, sur les traces de la bière sacrée des Incas

Ce traitement est associé à un risque accru de cancer du sein et de maladie du cœur, poussant certaines femmes à utiliser le houblon – qui contient donc des phytoestrogènes protecteurs – comme une défense contre les déséquilibres hormonaux.

À partir de ces connaissances, une équipe de scientifiques de l'American Chemical Society est parvenue à obtenir des résultats préliminaires plutôt encourageants. En élaborant notamment un extrait de houblon enrichi, les chercheurs ont été capables d'observer son impact sur le métabolisme des œstrogènes – un processus crucial dans le développement des cancers du sein. Ils ont ensuite appliqué l'extrait à différents modèles cellulaires du sein pour mesurer son effet sur le métabolisme des œstrogènes.

Bien entendu, ils ont abouti à des résultats plutôt encourageants. « Un composant particulier du houblon, appelé 6-prenylnaringenin ou 6-PN, a permis d'enclencher un processus de désintoxication des cellules. Les résultats suggèrent que le 6-PN pourrait avoir des effets anti-cancéreux et limiter les risques. Une enquête approfondie sera néanmoins nécessaire pour en définir les conséquences », expliquent les auteurs de l'étude dans un communiqué de presse.

Aux États-Unis, le cancer du sein touche presque 246,660 femmes et 2,600 hommes chaque année, c'est une bonne nouvelle pour tous les buveurs de bière, quel que soit leur sexe.