Merde, le meilleur fromage du monde n'est plus français

Les World Cheese Awards 2016 ont rendu leur verdict et la Norvège vient de nous déclarer la guerre.
21.11.16

Mercredi dernier, quand on a appris que la 29e édition des World Cheese Awards se tiendrait à Saint-Sébastien dans le Pays basque, on s'est d'abord demandé si la cérémonie allait être retransmise sur NRJ12. Et puis on a été pris d'une certaine angoisse à l'idée de penser au frometon qui allait être élu « Meilleur fromage du monde » : et si ce n'était pas un fromage français qui l'emportait ?

Quand on a lu que c'était un fromage à pâte persillé qui avait décroché le graal, on a tout de suite pensé à la fourme d'Ambert, au roquefort ou à un subtil bleu de Gex. Et puis on a capté qu'il venait de Norvège.

Publicité

De. Norvège.

LIRE AUSSI : À Marseille, le bon fromage se deale en bas des tours

En gros, on vient de se faire chourer le dernier truc qui nous permettait de briller sur la scène internationale avec Christine & the Queens, le Beaujolais et nos mœurs dépravées. Comment va-t-on parvenir à équilibrer la balance commerciale ? Est-ce que ça remet en cause l'inscription du comté au patrimoine mondial de l'UNESCO ? Personne n'a eu le mémo sur la France, pays du frometon ?

Sur les terres de l'Ossau-Iraty, le concours organisé par The Guild of Fine Food a donc célébré le Kraftkar parmi les 3 021 fromages venus de 31 pays différents en compétition.

Le Kraftkar a coiffé sur le poteau avec 71 votes du jury deux frometons espagnols ; le Cremositos Del Zujar et le Cala Blanc. Parmi les Français engagés, on trouvait notamment le Fleuret de la fromagerie Chèvrefeuille en Dordogne ou le Mont d'Or AOP de la fromagerie Arnaud.

Le gagnant est produit par la fromagerie Tingvollost dont la ferme se situe depuis 2003 à Torjulvågen, près de Molde, sur la côte ouest du pays. Elle sort environ 20 tonnes de fromage au lait de vache pasteurisé par an.

Congratulations to Gunnar Waagen from @tingvollost whose #Kraftkar blue #cheese has just taken the title of World Champion Cheese at the #WorldCheeseAwards in San Sebastián. Here he is with World Cheese Awards founder Bob Farrand.

Une photo publiée par Guild Of Fine Food (@guildoffinefood) le 16 Nov. 2016 à 9h10 PST

Publicité

#kraftkar #blåmugg #blåskimmelost #bluecheese #tingvollost

Une photo publiée par Tingvollost (@tingvollost) le 28 Août 2016 à 1h56 PDT

Les jurés – composés notamment d'acheteurs de fromages pour des grandes enseignes anglo-saxonne (Selfridges, Whole Foods ou Woolworth) – ont apprécié la pâte du Kraftkar et décrit une « texture qui s'effrite pour laisser place à une crème onctueuse ».

Gunnar Waagen, le fromager vainqueur a exprimé sa surprise et son émotion : « Je n'ai pas de mots. C'est merveilleux. Je n'arrive pas à y croire. »

« Cela fait 10 ans que nous faisons du fromage. Nous sommes une petite famille au fin fond de la Norvège. On essaye de faire de notre mieux chaque jour. On se lève tôt le matin et on se couche tard. »

LIRE AUSSI : Sculpteur sur fromage ou le meilleur métier du monde

Bien sûr, les Norvégiens savent depuis longtemps qu'ils ont des fromages capables de jouer les bêtes de compétition. Dans la patrie de John Carew, ça fait des siècles qu'on mange le brunost, ce frometon à pâte brune qui n'en est techniquement pas un puisque fait à partir d'une réduction. Avec du pain, des biscottes, sur les pancakes ou même dans un ragoût.

Pourtant, est-ce que De Gaulle a dit un jour que la Norvège était un pays « où il existe 246 variétés de fromage » de fait particulièrement casse-couilles à gouverner ? Pas à notre connaissance.

Amis Scandinaves, faites bien vieillir vos meules pour la deuxième manche.