J’ai pris du Viagra pour femmes pendant une semaine

Comment une petite pilule m'a redonné goût à la vie.

|
oct. 19 2012, 8:00am

J'en avais ras la chatte de m'envoyer en l'air avec mon ex. Ça faisait quatre ans qu'on était ensemble et très vite, ma libido était devenue aussi inexistante que l'était mon clitoris pour mon copain. Je m'en tapais, il savait que je m'en tapais – même notre chihuahua savait que je m'en tapais.

Vers la fin, on ne faisait quasiment plus l'amour, même pas quand on se détestait vraiment – ce qui, comme chacun sait, est souvent un bon moment pour baiser. Avec le recul, on n'aurait peut-être pas été obligés d'acheter ce putain de chihuahua si je n'avais pas été aussi indifférente, sexuellement parlant. On aurait eu quelque chose d'autre à partager que cette petite créature poilue et chouineuse.

Vous savez ce qui aurait rendu ma vie plus facile en cette sombre période ? Une bonne grosse dose de Viagra. Si ça marche sur des vieux gars qui ont le braquemart aussi mou que la poignée de main d'Andy Warhol, pourquoi ça ne marcherait pas sur moi ? Du coup, pendant une semaine entière, j'ai testé toutes les formes de Viagra pour femmes dans l'espoir que ça me transforme en une obsédée sexuelle dégoulinante de transpiration, de mouille et de bave.


C'est parti pour le Viagra, yay !


JOUR 1 : Un shot de Pink Venus

Il s'agit d'un lubrifiant à la cerise *frisson*. En plus d'avoir le goût d'une relation sexuelle pour ados, ce truc contient deux fois plus de caféine qu'un expresso, ce qui m'a filé une migraine, qui, de façon ironique, m'a rendue totalement incapable de seulement penser au cul. Si tailler des pipes vous excite et que vous avez envie de rentabiliser le produit, vous pouvez toujours répandre de ce fluide sur le sexe de votre partenaire et vous en délecter. Faites quand même attention à ne pas vous emballer, genre en arrachant son pénis d'un coup de dent trop gourmand.

Vider le contenu de ce truc dans les chiottes et utiliser son emballage comme gode aurait été bien plus efficace. J'avais le sentiment d'être aussi sexy que lorsque je regarde un pigeon tenter un accouplement forcé avec un autre pigeon sur le toit d'un entrepreneur de pompes funèbres.

Note : 2/10


JOUR 2 : Viafem

Les capsules de Viafem contiennent un mélange de huit herbes censées augmenter le débit sanguin et rendre plus sensible votre bouton de rose. À en croire leur site Internet, il ne faut pas utiliser Viafem si vous n'êtes pas d'humeur à vous faire troncher, vu que le produit vous transforme en nymphomane, que vous le vouliez ou non.

Ces « risques » m'ont beaucoup encouragée à en prendre, et après avoir avalé quelques pilules, j'étais parée pour claquer mon plus beau sourire à des mecs de 18 ans sous les projos d'une boîte de nuit. Malheureusement, la grosse soirée qu'on avait prévu de passer au Roxy, à Londres, fut sauvagement laminée lorsque, au grand désarroi de mon vagin, ma coloc a jugé que mes sexpérimentations ne valaient pas grand-chose face à l'offre du pizzaïolo du quartier – une offerte pour une achetée.

Au lieu de partir en safari phallique, on a regardé American Pie et j'ai fait une grosse fixette plutôt inexplicable sur les seins de Nadia. Comme prévu, j'ai fini seule, au lit, la culotte trempée. Mais je ne peux pas vraiment dire que c'est la faute de Viafem – désolée les chéris, c'est pas grâce à vous, mais plutôt aux seins de Shannon Elizabeth.

Note : 6/10


JOUR 3 : Gold MAX

Bon, loin de moi l'idée de vous faire peur ou quoi que ce soit mais Gold MAX est putain d'intense. J'ai pris deux capsules avant de dîner et sans prévenir, mon corps s'est soudainement mis à crier OUI, et là le Nil s'est mis à couler dans ma culotte. Grâce à Gold MAX, pour la première fois en deux mois, j'ai couché avec un mec. Ma proie m'a décrite comme étant « plus humide que le ventre d'une otarie », ce que j'ai évidemment pris comme un compliment.

Après quoi il s'est endormi, me laissant me tortiller comme une furie dans l'espoir de le réveiller « accidentellement », me frottant contre lui de plus en plus fort (plutôt agressif, comme truc). Sur le paquet de Gold MAX, on lit qu'il s'agit d'un traitement à base de plantes qui ne provoque « aucun effet secondaire désagréable », mais j'ai eu la sensation qu'un cachet de plus aurait fait de moi une machine à violer. Ce qui peut être considéré comme un effet secondaire, je crois.

Note : 8,5/10 (-1,5 pour le côté mise en danger de la population masculine)

JOUR 4 : Gold MAX (encore)

J'ai décidé de renouveler l'expérience. Je n'ai violé personne. Je n'en ai même pas eu besoin, parce que ma nouvelle proie m'a laissé en mettre dans son thé. Gold MAX, t'es le meilleur.


JOUR 5 : Bai He Di Huang

La dame de l'échoppe spécialisée en médecine chinoise m'a dit que le Bai He Di Huang était exclusivement réservé aux filles. Une recherche sur le Net m'a appris que c'était du Viagra pour mecs. Tant pis, j'en ai pris quand même. J'ai passé ma soirée d'anniversaire des 21 ans d'un pote à tomber amoureuse de jolis mecs friqués et dépourvus de sens moral – pile poil comme je les aime. Si l'on considère que la quantité de coke que l'on vous offre est proportionnelle à la quantité de phéromones que vous dégagez, alors je suis une grosse phéromone. Pourtant, malgré une dizaine d'invitations à des afters, j'ai préféré rentrer seule.

Vers 4 heures du matin, j'ai reçu un appel d'un ex me demandant s'il pouvait squatter mon appart le temps d'une nuit vu qu'il avait loupé son train. Curieuse de tester les effets du BHDH, je l'ai laissé dormir dans mon lit. Est-ce que mon indifférence totale pour cet homme s'est transformée en une subite et nostalgique envie de me lancer dans une gigantesque partie de jambes en l'air ? Non. Est ce que j'en suis soulagée ? Putain, ouais, mais ça joue pas mal contre les supposés bienfaits de tes pouvoirs, Bai He Di Huang.

Note : 3/10


JOUR 6 : Spanish Fly

Spanish Fly contient de la cantharidine, ce qui, de vous à moi, n'est qu'un simple nom scientifique pour désigner de la pisse venimeuse de coléoptère ! Miam ! La pisse de coléoptère est censée titiller votre propre flux urinaire, et du coup, doper votre libido. Bien que sonnant comme un moyen de torture ancestrale, il s'agit là du plus vieil aphrodisiaque du monde – et comme il est suffisamment efficace pour avoir donné le sentiment d'être sexy à des hommes du Moyen Âge qui se roulaient dans la boue et mangeaient leurs propres mioches, alors je me suis dit qu'il serait certainement efficace sur moi.

Ce produit est maintenant illégal dans la plupart des pays du monde mais peu importe, je ne vais pas laisser un homme me dire comment rendre mon vagin tout humide et prêt pour une nuit de folie. J'ai pris un verre avec quelques collègues, mais je n'ai ni aboyé, ni vomi l'un de mes organes vitaux sur eux. Ma langue ne s'est pas couverte de furoncles non plus. Décevant. Spanish Fly a été une totale déception. La liqueur de pomme est bien plus efficace. Joli packaging cela dit.

Note : 2/10

JOUR 7 : Magnum Tonic Wine

Waouh, ce truc est cool. En plus d'avoir le meilleur soundtrack de l'histoire de la publicité, comme l'indique la bouteille de « vitalité sexuelle », Magnum Wine contient de l'alcool (16 %, soit exactement ce dont les autres Viagra manquaient). Malheureusement, même s'il promet de faire de vous la bombe sexuelle du dancefloor, Magnum Tonic Wine a un goût de cendres d'incinération et vous avez plutôt intérêt à vous boucher le nez en ingurgitant ce truc pour éviter de rendre vos quatre derniers repas dans la minute.

Note : 3/10

CONCLUSION : À cause des maux de tête causés par la caféine (j'aurais bien voulu avoir mal ailleurs), j'ai beaucoup souffert, et je suis heureuse de vous annoncer que Gold MAX, le violeur déclencheur de cascades, est le gagnant incontesté de cette semaine de test. Courez vous en procurer, les filles !

Plus de VICE
Chaînes de VICE