Rap belge juin 2021 WAD Shaka Shams
Culture

Le grand bordel du rap jeu belge: juin 2021

Des gestes de grande classe et un peu de mépris de classe.
6.7.21

Dans notre série mensuelle « Le grand bordel du rap jeu belge », on passe en revue l'actualité musicale de notre plat pays. Sorties de projet ou clips ; tout le nécessaire pour rester au courant des trucs les plus chauds du moment.

À part les gens qui sont morts, le « Corona song » de Renaud (qui lui aussi a ses malheureux variants) est sûrement l’un des pires trucs que le Covid nous ait ramené. Pas trop loin de lui, entre deux pubs pour un site de livraison de repas, Eric Cantona fait de son côté craindre le pire niveau musique.

Publicité

Tout ça pour dire qu’il faut qu’on profite des jeunes artistes, tant que c’est jeune justement. Parce que l’espérance de vie augmente dans tous les pays du monde, et c’est pas forcément bon à prendre pour la culture.

Côté sorties album/mixtape/EP, on a eu « Temps d’aime » de Moji x Sboy, « Blessure » de Malandrinù, « MELANCHOLIA999 » de Green Montana, « Action Only Volume 1 » de Shaka Shams, « Classified » de Class-E, « Couleurs du jeu » de Frenetik, « SUPERNOVÆ » d’EQP Orion, « Sur écoute : Saison 2 » de Bakari, « Fatma » de Wad, « Faites pas chier j’prépare un album » d’Isha, « Eyaba » de CXSS, « Summer Love » de Lilbemine, Glodi West & Frank Renell et « Free Trunks, Vol. 2 » de KLD. On vous laisse deviner lequel remporte la palme du meilleur titre de projet.

La sélection subjective

Pas les clips les plus attendus, ni les plus gros. Ni les plus mauvais d’ailleurs. Les autres sorties sont plus bas, classées par date.

À l’inverse des publications Facebook de Georges-Louis Bouchez sur Georges-Louis Bouchez sponsorisées par Georges-Louis Bouchez et repostées dans le groupe « Soutien à Georges-Louis Bouchez » dont Georges-Louis Bouchez est lui-même administrateur, Bobo est un gars super discret (200 vues en un mois) et son travail mérite qu’on y jette un oeil attentif et régulier.

Y’a des rappeurs qui ont la classe, d’autres ont le mépris de classe. 

Vous avez déjà été boire des coups à un apéro rooftop en mode chemise bleue et Aperol Spritz entre startupers ? C’est souvent embarrassant. Un peu un mélange entre de l’eau de toilette et l’eau des toilettes. Ça sent bon, mais ça laisse un goût amer. Prochain objectif : s’immiscer dans un événement du genre pour mettre ce son à fond et partir. Non pas pour faire chier tout le monde, mais juste pour que le bâtiment s’effondre à tout jamais. 

Lil Skid est un crissement de pneus sans fin. Si personne n’avait inventé le « SKRT », c’est lui qui l’aurait fait ; premier cri direct, le corps suintant, en sortant de l’utérus. Et si personne n’avait inventé la trap, c’est aussi lui qui l’aurait fait. Mais le « SKRT » existe depuis des décennies et la trap aussi, donc malgré sa gueule de prototype américain, Lil Skid devra d’abord conquérir les petits pays d’abord, à commencer par sa Belgique. Donc avant de s’attaquer au reste du monde, une pause clip s’impose au Total de la route de Botrange (celle qui relie Waimes à Eupen).

Votre son de l’été tout pourri, c’est pas lui qui va le pondre. Les arbres ont bien poussé, et en dépit de vous rappeler que tout est trop triste, 13Mini souligne aussi qu’il reste parfois possible de parler de choses qui ne s’achètent pas. Le manque d’argent fait faire des trucs de barge, mais prenez surtout soin des gens qui vous entourent pour les bonnes raisons.

Avec sa coupe de latéral gauche de Serie A et sa découpe verbale de détailleur de cité U, Dayaz s’est bien préparé – entouré de B-Lel, Le S Productions et Kendo –, avant de publier le premier clip de sa nouvelle chaîne Youtube. Lui non plus, c’est pas ambiance cocktails et short-bermuda.

La Sainte-Trinité que personne n’est vraiment prêt à digérer fait surface sur les trottoirs les plus crades de Bruxelles. Pour eux, le béton c’est du coton. À faire écouter aux gens qui croient que la rue, c’est Migos. 

Comme tout bon bandit, Jones Cruipy disparaît et réapparaît les sourcils froncés dans un bled en Allemagne. 

Un jour comme un autre. WAD est posté en bas, appuyé, la jambe pliée. Le trottoir, au soir, est luisant et les gens ne font rien de spécial. Les choses ne sont pas spécialement optimistes mais les menaces se disent gentiment, pour commencer.

Godson a trouvé un super nom pour sa série de freestyle. S’il est chaud, il a réussi ; et s’il se plante, le titre reste pertinent. C’est ça, être poète.

Décor pourtant sur-convoité des rappeur·ses depuis que « tout a déjà été fait », la campagne a manqué dans les clips sortis durant le mois de juin. Du coup, Low G & Chillow, c’était surtout pour le quota « nature » ; mais y’a pas que ça.

Il fut un temps où les gens qui utilisaient l’autotune, signaient des refrains entêtants ou tapaient la gestu à fond s’en prenaient plein la gueule. Ce qui n’est pas le cas de ce jeune hybride de Boby2fois. Probablement parce qu’il exerce depuis la nouvelle capitale du rap francophone, et que son aisance va attirer l'œil de la France dans 3, 2, 1… 

Pour ce clip, on avait écrit « DRILL métro STIB » dans les notes. Ça fait déjà une bonne raison de le regarder.

Les autres sorties du mois de juin

1 juin
WAD - Malbich

2 juin
DJ Quick ft Ninho & Hamza - Elle m’a dit

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité