Publicité
Drogue

Le cartel de Sinaloa alimente la crise des opioïdes aux États-Unis

Du fentanyl fabriqué à partir de produits chimiques chinois a été saisi le long de la frontière américano-mexicaine.

par Keegan Hamilton; traduit par Sandra Proutry-Skrzypek
16 Janvier 2019, 8:20am

Badiraguato, Mexique. La région qui a vu naître Joaquín « El Chapo » Guzmán, chef du cartel de Sinaloa, est surnommée le « Triangle d’or », en référence aux champs de pavot cachés dans les montagnes escarpées de la Sierra Madre, à la croisée de trois États. Plusieurs générations d’agriculteurs ont vendu leur récolte au cartel afin qu’elle soit transformée en héroïne et expédiée vers le Nord. Mais cette culture autrefois lucrative a beaucoup perdu de sa valeur.

Le cartel de Sinaloa a cessé de verser une prime aux agriculteurs du Triangle d’or pour la gomme d’opium, la matière brune et visqueuse extraite des plantes de pavot qui est ensuite transformée en héroïne. Les taux de toxicomanie continuent de grimper aux États-Unis, mais le cartel a trouvé un moyen de répondre à la demande d’héroïne sans passer par les champs de pavot.

Un homme de 49 ans, propriétaire d’une ferme de pavot dans le petit village de Tameapa (qui a demandé que son nom ne soit pas divulgué pour des raisons évidentes), sait exactement pourquoi sa récolte se vend si peu : « C’est à cause des drogues synthétiques. »

Map

Des opioïdes synthétiques puissants tels que le fentanyl ont été impliqués dans plus de 40 % des 70 000 overdoses mortelles enregistrées aux États-Unis en 2017, causant plus de décès en un an que les accidents de la route, la violence armée ou le VIH. Le président Donald Trump reproche souvent à la Chine d'avoir inondé les États-Unis de fentanyl via le système de courrier international, mais la réalité est plus compliquée. Les preuves montrent que le fentanyl illicite est principalement produit au Mexique dans des laboratoires clandestins, avec des produits chimiques provenant de Chine.

Le fermier de Tameapa a une barbiche poivre et sel et un sourire plein de dents en or rappelant le bon vieux temps où un kilo de goma rapportait 35 000 pesos, soit environ 1 600 euros. Aujourd’hui, il ne gagne plus qu’un tiers de cette somme. Il est assis dans un fauteuil en plastique blanc sur le patio d'une maison modeste. Il nous montre son champ de pavot au sommet d'un plateau voisin et nous explique la situation à Sinaloa. « C’est comme si une entreprise faisait faillite, dit-il. Il n'y a pas d'argent, pas d'économie, rien. C'était notre seule source de revenus. Et maintenant c'est fini. Tout ce que les gens veulent ici, c'est travailler. »

Depuis 2006, au moins trois saisies de laboratoires de fentanyl ont été enregistrées au Mexique. Les deux cas les plus récents ont été signalés à Sinaloa en 2017 et à Mexicali en septembre dernier, lorsque les autorités ont découvert 20 000 pilules de fentanyl et arrêté deux hommes, dont un ressortissant russe. Selon la porte-parole de la DEA, Katherine Pfaff, l'agence se dit « extrêmement préoccupée par le fentanyl entrant, transitant ou provenant du Mexique ».

« La Chine "veut seulement donner l’illusion qu’elle coopère avec les autorités américaines" mais ne prendra pas de réformes susceptibles de ralentir sa croissance économique » – un ancien agent de la DEA

« De nombreuses enquêtes pénales menées par les bureaux nationaux de la DEA ont permis d’obtenir des informations concernant la production de fentanyl au Mexique », explique Pfaff, soulignant que les « enquêtes bilatérales en cours » avec d'autres agences ont également fourni des preuves de la fabrication de fentanyl au Mexique.

Et pourtant, c'est toujours la Chine qui est au centre de la question. Lors du sommet du G20 en décembre, le président américain Donald Trump a rendu hommage au président chinois Xi Jinping après que le gouvernement chinois a annoncé que toutes les « substances analogues au fentanyl » seraient contrôlées. Cette mesure vise à lutter contre les chimistes rebelles qui tentent de contourner les lois sur les drogues en créant de nouvelles variétés de fentanyl.

Mais la décision de la Chine n’aura probablement pas beaucoup d’impact sur la crise des opioïdes aux États-Unis. Le fentanyl, avec ses innombrables variantes, est une substance contrôlée en Chine depuis des années et on ne sait pas exactement quand et comment les nouvelles réglementations seront mises en œuvre ou appliquées. Dans un récent rapport présenté au Congrès par la Commission économique et de sécurité sino-américaine, un ancien agent de la DEA a affirmé que la Chine « veut seulement donner l’illusion qu’elle coopère avec les autorités américaines » mais ne prendra pas de réformes susceptibles de ralentir sa croissance économique.

Jeremy Douglas, représentant régional de l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) pour l'Asie du Sud-Est et le Pacifique, est d’avis que même si la Chine arrêtait la production de fentanyl, d'autres pays asiatiques combleraient rapidement le vide. « Je ne serais pas surpris de voir une plus grande diversité des sources et une production illicite accrue résultant du changement, dit-il. C’est tout à fait probable, comme nous l’avons observé avec d’autres produits synthétiques. »

« El Chapo s’est lancé dans la culture du pavot à l'adolescence, mais à mesure que son empire s’est étendu, il s’est tourné vers les drogues synthétiques, principalement la méthamphétamine »

Alors que Trump a récemment signé une législation destinée à rendre plus difficile l’expédition internationale du fentanyl par le biais du système postal, le rôle des cartels mexicains dans le marché américain du fentanyl bon marché a largement été négligé. Les procureurs fédéraux dans l’affaire El Chapo ont évoqué son implication présumée dans la fabrication du fentanyl dans la période précédant son procès, mais jusqu’à présent, les jurés n’ont entendu parler que de champs de pavot dans la Sierra Madre et d’héroïne provenant du Triangle d’or.

El Chapo s’est lancé dans la culture du pavot à l'adolescence, mais à mesure que son empire s’est étendu, il s’est tourné vers les drogues synthétiques, principalement la méthamphétamine, fabriquées à partir d'éphédrine et d'autres produits chimiques provenant d'Asie. Et à mesure que la demande d’héroïne a augmenté, le cartel de Sinaloa s’est appuyé sur ces liens pour obtenir les produits chimiques nécessaires à la fabrication du fentanyl.

Pendant des années, les marchés de l'héroïne aux États-Unis ont été vaguement divisés par le fleuve Mississippi. Des organisations mexicaines comme le cartel de Sinaloa étaient réputées pour approvisionner l’Occident en « goudron noir », de l’héroïne sous sa forme la plus brute, tandis que les Colombiens fournissaient à l’Est une poudre plus raffinée, la « blanche chinoise ». Mais entre les bouleversements au sein de la pègre colombienne et l’explosion de la demande d’opioïdes chez les Américains dépendants aux analgésiques sur ordonnance, la dynamique du marché des opioïdes dans l’hémisphère occidental a brutalement changé. Aujourd’hui, les chimistes mexicains produisent à la fois du goudron noir et de la blanche chinoise et en approvisionnent tous les États-Unis.

Dan Ciccarone est professeur à l'Université de Californie à San Francisco et étudie la crise des opioïdes. Il estime que le cartel de Sinaloa s'est tourné vers le fentanyl pour « stimuler » la demande d’héroïne dans les régions où les consommateurs étaient habitués à la poudre blanche. Cette hypothèse est étayée par des données montrant que les décès par fentanyl sont concentrés dans le Midwest et le Nord-Est.

Les données du Service des douanes et de la protection des frontières des États-Unis (en anglais « U.S. Customs and Border Protection » ou « CBP ») suggèrent que des quantités d'opioïdes synthétiques beaucoup plus importantes traversent les frontières terrestres depuis la Chine. Selon des témoignages présentés au Congrès en mai dernier, le CBP a saisi environ 240 kg de fentanyl « via des expéditeurs tels que FedEx » au cours de l’exercice 2017 et 42 kg supplémentaires que les passeurs ont tenté d’expédier par la poste. Au cours de la même période, le CBP a saisi plus de deux fois plus de fentanyl – environ 387 kg – aux points d’entrée situés le long des frontières mexicaine et canadienne.

Les dernières données disponibles pour l'exercice 2018 montrent que le CBP a procédé à des saisies de fentanyl de 615 kg aux points d'entrée, et plus de 153 kg ont été confisqués par des agents de la patrouille frontalière à l'écart des points d’entrée officiels. Certains analystes notent que le fentanyl d'origine mexicaine est moins pur que celui expédié depuis la Chine. Il est également possible que l’application de la loi américaine soit plus efficace pour intercepter les envois de fentanyl aux postes frontières que par la poste. Mais Ciccarone est convaincu que les cartels fournissent la majorité du fentanyl illicite aux États-Unis. « Une fraction, dit-il. Le système postal représente une fraction du système des cartels. »

« Les cartels poussent le fentanyl sur le marché pour des raisons économiques »

Et comme le fentanyl produit au Mexique est mélangé à de l’héroïne ou à des comprimés censés ressembler à des analgésiques populaires tels que le Vicodin et l’OxyContin, il contribue également de manière décisive au bilan de la crise des opioïdes. Les consommateurs de médicaments dopés au fentanyl ne sont pas conscients de leur puissance, ce qui augmente considérablement le risque d’overdose.

Les cartels poussent le fentanyl sur le marché pour des raisons économiques. La DEA estime que la fabrication d'un kilo de fentanyl coûte environ 3 300 dollars, mais selon des sources impliquées dans le commerce de la drogue à Culiacán, dans le Sinaloa, les chimistes du cartel facturent à peine 2 000 dollars par kilo.

Des kilos de fentanyl pur seraient vendus à des dealers moyens à Culiacán pour environ 45 000 dollars, avant d’être mélangés à de l'héroïne et répartis en huit ou neuf kilos de produits mélangés, puis vendus au prix de 35 000 dollars le kilo à Los Angeles ou de plus de 50 000 dollars sur la côte est. Et ce ne sont que des prix de gros : les bénéfices augmentent de façon exponentielle lorsque les kilos sont dilués et vendus à plus petite dose dans la rue. À titre de comparaison, il faut généralement compter 28 000 dollars pour acheter et expédier un kilo d'héroïne ordinaire de l'autre côté de la frontière, où il se vend environ 60 000 dollars.

L’écart de coûts se résume à la main-d’œuvre. Avec les produits chimiques nécessaires et un chimiste qualifié, le cartel peut produire plusieurs kilos de fentanyl chaque semaine. La production régulière d'héroïne, en revanche, dépend de la récolte saisonnière de pavot, qui implique de collecter la gomme d'opium auprès de divers agriculteurs, de négocier le prix au kilo et de payer un chimiste pour raffiner la gomme en héroïne.

Selon les producteurs de pavot de Sinaloa, il faut environ dix kilos de gomme d’opium pour produire un kilo d'héroïne raffinée ou six kilos de gomme pour produire un kilo de goudron noir, qui est moins pur. Les champs de pavot produisent environ 450 kg de gomme d'opium par hectare, ce qui signifie que les cartels disposent d'un approvisionnement limité en ingrédient principal de l'héroïne. Avec le fentanyl, il n’y a pas besoin de s'inquiéter de la saison de croissance ou de l'éradication des cultures par l'armée mexicaine. Par conséquent, les agriculteurs, qui se trouvent au plus bas niveau de la chaîne d'approvisionnement en drogue, sont exclus du marché.

Les prix de la gomme d'opium sont en chute libre à travers le Mexique, pas seulement à Sinaloa. À Guerrero, un autre État montagneux connu pour son pavot, les prix auraient chuté de 16 000 à 9 000 pesos par kilo. En réponse, les agriculteurs ont demandé au gouvernement de légaliser la culture du pavot afin que le Mexique puisse fabriquer des analgésiques en interne. Le président nouvellement élu, Andres Manuel Lopez Obrador, a exprimé son soutien à une telle initiative.

Selon Pfaff, la porte-parole de la DEA, « il existe diverses raisons pouvant expliquer la chute des prix de la gomme » au Mexique, notamment un trafic accru de fentanyl et une surabondance de pavot. Selon la DEA, la culture du pavot au Mexique « a considérablement augmenté ces dernières années », avec un pic d'environ 32 000 hectares en 2016, ce qui suffit à produire 81 tonnes d'héroïne pure.

Les agriculteurs de Sinaloa ont déclaré qu’ils saisiraient l’opportunité de cultiver légalement du pavot, mais qu’ils opteraient tout aussi volontiers pour une autre culture offrant le même niveau de revenu qu’avant l’arrivée du fentanyl. De nombreux agriculteurs du Triangle d’Or cultivaient du cannabis, mais la valeur du produit a chuté depuis sa légalisation aux États-Unis.

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.