FYI.

This story is over 5 years old.

Sports

Elles veulent favoriser la pratique féminine du sport de haut niveau

Laura Di Muzio et Alexandra Pertus ont fondé LJA Sports, une société permettant aux sportives de concilier vie professionnelle et sport de haut niveau.
13.5.16
DR

Aujourd'hui, derrière les joueuses de haut niveau de foot, de basket, de volley ou de tennis, toutes des professionnelles qui gagnent raisonnablement leur vie, il y a bon nombre de sportives qui galèrent pour être performantes au plus haut niveau dans leurs disciplines. La problématique est avant tout financière car tous les sports ne génèrent pas des revenus et toutes les sportives n'ont pas de contrats de pub ou de sponsoring qui leur assurent une manne financière suffisante pour se concentrer pleinement sur leur carrière. Du coup, elles sont obligées de jongler entre le boulot, les entraînements et les compétitions. L'embauche le matin, puis l'entraînement en fin de journée et des compèt' le week-end pour des cadences infernales et des corps si peu ménagés. Et au bout d'un certain temps, la lassitude et la fatigue peuvent prendre le dessus sur la motivation.

Publicité

Face à ce constat que beaucoup de sportives connaissent, Laura Di Muzio et Alexandra Pertus, deux joueuses de rugby à Lille (équipe évoluant en Top 8, le plus haut niveau national, ndlr), ont créé, avec l'aide de Jannick Jonarse, une société pour favoriser la pratique du sport de haut niveau des femmes : LJA Sport, autrement dit Ladies Are Just Amazing. Elles ont lancé une activité ayant pour vocation à aider les sportives de haut niveau.

Laura et Alexandra sont bien placées pour en parler. La première travaille dans une entreprise après avoir été diplômée d'une école de commerce et la seconde est responsable marketing et communication dans une entreprise spécialisée dans l'électronique. Et c'est très compliqué pour elles de concilier vie professionnelle et vie sportive. On a donc échangé avec Laura Di Muzio afin qu'elle nous présente LJA Sports.

L'équipe de LJA Sport : Laura Di Muzio, Jannick Jary et Alexandra Pertus

VICE Sports : Quelle est la genèse de LJA Sports ?
Laura Di Muzio : LJA Sports c'est la rencontre entre trois passionnés de sports, Laura, Jannick et Alexandra. Avec Alexandra, nous sommes coéquipières et amies depuis bientôt 10 ans et on s'est investies dans la vie du club et de l'équipe en dehors du terrain. On se cache, avec les autres dirigeants, derrière les réseaux sociaux, communiqués de presse et autres organisation d'événements. Et depuis, toujours on se démène pour faire connaitre notre sport. L'année dernière, j'ai rencontré Jannick, qui, en tant qu'amateur de sports, s'est vite intéressé à ce que je faisais et a été étonné d'apprendre que je jouais au meilleur niveau français sans pouvoir m'entraîner correctement. De là est venue l'idée d'une boîte pour le développement féminin. Je lui ai donc présenté Alexandra et LJA Sports est née ! Pourquoi LJA Sports, pour Laura, Jannick et Alexandra, mais aussi et surtout parce que "Ladies are Just Amazing".

Est-ce si difficile que ça d'allier une carrière de sportive de haut niveau et une vie professionnelle en entreprise ? Il y a pourtant certains sportifs de haut niveau qui ont réussi a "négocier" des plannings adaptés avec leur travail.
A l'heure actuelle, il est très difficile de concilier vie sportive et vie professionnelle lorsque l'on pratique un sport amateur à haut niveau, car le sport ne nous assure pas un revenu financier suffisant. Malheureusement, rares sont les entreprises qui ont des conventions spécifiques. Les quelques chanceuses pouvant avoir un contrat négocié sont des joueuses internationales mais plus de 90% des joueuses de TOP 8 (plus haut niveau national du rugby féminin) ont une activité professionnelle sans aucun aménagement pour leur pratique sportive. Il faut compter sur la compréhension de l'employeur.

Publicité

Lorsque vous évoquez ces difficultés avec votre staff que disent-ils ?
Le staff est bien au courant de nos situations et est le premier à le déplorer car il en subit les conséquences. Il n'est pas rare qu'une joueuse ne puisse assister à un entraînement à cause d'une réunion tardive ou ne joue pas un match à cause de ses partiels. De plus, les rythmes des joueuses ne permettent pas aux encadrants de mettre en place tous les entraînements qu'ils le souhaiteraient. Ils sont donc obligés de combiner avec les disponibilités et les états de fatigue respectifs.

Comment ça se passe pour les sportives qui font appel à vos services ? Comment les aidez vous ?
Notre objectif est d'améliorer le quotidien des sportives avec qui nous sommes en relation, par le biais de signature de partenariats avec des partenaires privés. L'idée est que la sportive puisse évoluer dans les meilleures conditions pour être performante.

Comment entre-vous en contact avec des entreprises : l'approche n'est-elle pas trop difficile ? Comment vos propositions sont-elles accueillies ?
Disons que le plus difficile est d'obtenir le premier contact afin de pouvoir présenter notre projet. Ensuite, nos interlocuteurs sont généralement très enthousiastes et s'intéressent à nos propositions. Beaucoup réalisent alors le potentiel qui existe dans le sport féminin.

Dans les faits, vous demandez un aménagement d'emploi du temps professionnel ?
Nous demandons à ce que nos sportives puissent s'entrainer de manière à être les plus performantes possibles, et cela peut passer par un aménagement de leur emploi du temps mais ça n'est pas systématique.

Vous pensez que ça a été un frein dans vos performances, aussi bien en match qu'à l'entraînement, de ne pas pouvoir vous entraîner comme une sportive de haut niveau ? Ça peut créer aussi du stress au boulot ?
Le problème se retrouve pour toutes les sportives qui pratiquent un sport amateur à haut niveau. Il faut être capable de gérer ces deux "vies" et surtout la fatigue qui s'accumule et qui forcément joue sur les performances.

Vous pensez que les hommes ne rencontrent pas ce genre de problème, car, même s'il y a davantage de sportifs professionnelles que de sportives, il y a encore des disciplines de haut niveau qui ne sont pas pros chez les hommes ?
A sport et à niveau égaux, on constate très souvent une différence entre la pratique féminine et masculine, qui est généralement plus connue ou reconnue. Néanmoins, certains sportifs sont eux aussi confrontés à cette situation paradoxale : être au plus haut niveau de sa discipline sans pouvoir en jouir complètement.

LJA Sports n'aide que des joueuses de rugby ou est-ce ouvert à d'autres sports ?
Comme son nom l'indique, LJA Sports a pour vocation d'aider toutes les "ladies", quel que soit le sport. Cependant, pour l'instant, notre histoire fait que nous avons envie de commencer par le rugby, d'une part parce que nous en avons une connaissance suffisante pour établir des stratégies cohérentes, et d'autre part parce qu'on a vraiment envie de faire bouger les choses pour "notre" sport.