FYI.

This story is over 5 years old.

Stuff

Tout ce que vous devez savoir sur les substances crapuleuses qu'on trouve dans la cocaïne

Comme dans n'importe quel business, les fabricants de cocaïne cherchent éternellement à optimiser leurs profits – quitte à couper leur produit avec toutes sortes d'additifs douteux.
15.3.14

Photo : Giorgi Nieberidze

La coke est partout. Si laconsommation d'amphétamines et d'ecstasy semble être sur le déclin, ce n'est pas le cas de la consommation de cocaïne. Et comme dans n'importe quel business, les fabricants de drogues cherchent éternellement à optimiser leurs profits – quitte à couper leur produit avec toutes sortes d'additifs douteux. Comme on n'avait aucune idée de ce qu'on pouvait trouver dans la coke, on a demandé à Kim Gosmer, un chimiste spécialisé dans les échantillons de stupéfiants, de nous éclairer sur le sujet.

Publicité

J'ai axé mes recherches sur la cocaïne lors de mes années passées à la Section de Toxicologie et d'Analyse des Drogues au Département de Médecine judiciaire à l'Université d'Aarhus, au Danemark. J'ai étudié de nombreux types de cocaïne – des échantillons impurs qu'on trouve dans la rue aux briques d'excellente qualité. La cocaïne pure est la plus intéressante à analyser, car elle révèle la « science » utilisée pour renforcer l'effet de la cocaïne en ajoutant des additifs. La plupart des gens savent que la cocaïne est souvent coupée avec des trucs comme le sucre et la créatine et que ces dilutions sont masquées avec de la caféine, de la lidocaïne ou de la benzocaïne, afin d'imiter les propriétés stimulantes et anesthésiques locales de la coke. Mais peu de gens savent que la cocaïne comporte encore plus de substances douteuses.

Le lévamisole est un anthelminthique, ce qui signifie qu'il peut être utilisé pour tuer les vers parasites. Le médicament était utilisé autrefois pour vermifuger les humains et les animaux, mais depuis que des scientifiques ont démontré que son usage provoquait une agranulocytose (un grave appauvrissement de globules blancs, laissant le corps vulnérable à une infection), il est désormais utilisé pour traiter les bovins infestés de vers. En plus d'être un vermifuge fréquemment utilisé pour traiter les vaches, il est devenu un adultérant très populaire pour couper la cocaïne.

Publicité

Partout dans le monde, les chimistes judiciaires déclarent trouver de plus en plus de cocaïne coupée avec du lévamisole à n'importe quel niveau de distribution. Cela signifie que cette substance est ajoutée en Amérique du Sud avant que la cocaïne soit exportée. Alors pourquoi s'embêter à couper de la coke pure qui ne coûte presque rien à produire avec un composé qui est plus cher que tous les autres adultérants et diluants ? Le pourcentage de lévamisole trouvé dans la cocaïne n'est généralement pas important – il ne sert donc pas à rajouter du poids –, et ce n'est ni un stimulant, ni un anesthésique local. Par contre on sait que l'un des métabolites du lévamisole est un composé appelé aminorex, qui présente des propriétés de stimulation amphétaminique.

On peut également supposer que le lévamisole augmente la quantité de dopamine libérée par l'augmentation des niveaux de glutamate dans le cerveau. Parce que l'effet euphorisant de la cocaïne est essentiellement dû au blocage de la protéine du transporteur de dopamine, le lévamisole pourrait accroître l'effet de la cocaïne en libérant de la dopamine. Certaines personnes suggèrent même que le lévamisole peut passer les tests de pureté de la cocaïne avec succès. Mais pourquoi un producteur de coke se soucierait-il de ce genre de détail ? Ils sont déjà payés au moment où la drogue arrive sur le marché. Pour moi, la théorie de l'aminorex qui libère de la dopamine est de loin l'hypothèse la plus probable. Pour résumer, le lévamisole intensifie les effets de la drogue.

Publicité

En 2005, le lévamisole a été trouvé dans près de 2% de la cocaïne saisie par la DEA – le service de police fédéral américain. En 2007, le niveau est passé à 15%, et en 2011, 73% de la cocaïne saisie avait été coupée avec du lévamisole. On observe la même chose en Europe et dans les échantillons que j'ai analysés. En 2008, la quantité de lévamisole dans la coke était d'environ 66%, et entre 2011 et 2012, le niveau s'est accru jusqu'à atteindre 90% au Danemark. L'utilisateur lambda n'a pas à s'inquiéter des effets secondaires du lévamisole s'il ne prend pas de cocaïne au quotidien – mais les utilisateurs réguliers devront faire preuve de vigilance.

Kim Gosmer

L'agranulocytose est comparable à une forme chimique du SIDA, où le système immunitaire est tant affaibli que même de petites infections peuvent se transformer en maladies mortelles. De plus, l'agranulocytose est très difficile à diagnostiquer. Il est donc difficile d'avoir des chiffres exacts concernant le nombre de morts liées à ce type de cocaïne. Plusieurs décès ont été reconnus comme étant la conséquence directe de l'agranulocytose, et beaucoup d'autres cas ont pu être reconnus avant qu'il ne soit trop tard.

Dans la chaîne de production, ce processus commence dès le premier niveau avec l'agriculteur, qui utilise un mélange d'essence et de ciment pour produire de la pâte de cocaïne brute à partir de feuilles de coca. La pâte est plus facile à transporter que de grandes quantités de feuilles, mais elle périme rapidement, ainsi l'agriculteur doit la vendre au « collecteur » du deuxième niveau. Ensuite, la pâte de cocaïne est purifiée.Une méthode courante de purification est l'oxydation des impuretés de la pâte avec du permanganate de potassium, un oxydant très puissant.

Publicité

Afin de réguler cette partie de la production, la DEA a lancé l'Operation Purpleen 2000, qui avait pour but de surveiller le transport et la distribution de permanganate de potassium dans le monde et de bloquer la production de poudre blanche. Et, d'une certaine façon l'opération a été un succès. Cependant, l'industrie de la cocaïne – qui pèse plusieurs milliards de dollars – a contourné le problème en remplaçant le permanganate de potassium, et – surprise – le marché est toujours abondemment approvisionné en coke.

Au troisième niveau de production, l'acide chlorhydrique est ajouté à la cocaïne de base pour la convertir en une espèce de sel, qui est ensuite précipité pour fabriquer une cocaïne cristalline de haute qualité. À partir de là, les exportateurs et les importateurs entrent en scène pour former le « niveau quatre ». Si vous êtes assez chanceux pour connaître un importateur, c'est là que vous pouvez obtenir des produits purs – sauf s'ils sont passés par l'Afrique avant d'arriver jusqu'à vous. C'est une route de contrebande commune, car il est plus facile de ramener de la coke en Europe en la faisant passer par l'Afrique qu'en l'important directement d'Amérique du Sud. Mais c'est aussi une escale pendant laquelle le produit risque fortement d'être coupé.

Une chose est sûre : chaque niveau de la chaîne d'approvisionnement rajoute une sorte de poudre blanche à la coke pour maximiser ses profits. Cette technique atteint généralement son paroxysme lorsque la drogue arrive à son pays de destination finale et qu'elle est divisée en petites portions. Tout le monde veut une part du gâteau, que ce soit les membres de gangs responsables de la « première » importation ou leurs associés qui distribuent la cocaïne aux dealers.

La pureté moyenne de la drogue disponible en Angleterre se situe entre 20 et 30%. Compte tenu de la diversité chimique des diluants et des adultérants utilisés dans la cocaïne, il est très difficile pour un utilisateur d'évaluer la qualité d'un pochon de cocaïne acheté dans la rue. Bien sûr, si vous êtes – ou que vous connaissez – un étudiant en chimie, il est possible de faire un test de purification.

À mon avis, le test le plus fiable nécessiterait de sentir la cocaïne, car elle a une odeur très distincte qu'aucun des additifs ne possède. Malheureusement, pour pouvoir faire la différence, il aurait fallu que vous ayez senti beaucoup de coke différente avec des puretés variées, et très peu de gens ont eu l'occasion de le faire. Personnellement, je pense que je pourrais estimer la pureté de la cocaïne à son parfum, et en goûtant éventuellement quelques milligrammes, mais c'est parce que j'ai analysé pas mal de pochons différents dont le pourcentage de pureté était connu.

La cocaïne qui s'écaille est généralement un signe de pureté, mais ce n'est pas garanti – tout dépend de la méthode de cristallisation utilisée lors de la production. En revanche, la coke rocailleuse n'est jamais bon signe. Les dealers ne vont pas hésiter à utiliser de la laque pour solidifier la coke en poudre pour en faire des briques, après en avoir altéré la pureté. Gardez ça en tête la prochaine fois que vous écrasez un bloc pour en faire de la poudre.