Société

Dans le frigo de confinement des Français

On a demandé aux gens seuls, en famille ou en coloc, ce qu'ils avaient prévu de bouffer pendant ces quinze jours un peu chelou.
20 mars 2020, 8:28am
1

« Je te rendrai visite en calbard et en peignoir, et oui, je t'ouvrirai, je te refermerai Je t'ouvrirai, je te refermerai et tu feras toujours ce petit bruit tellement agréable », disait Isha sur Frigo Américain. En attendant que le confinement rapproche encore plus l’humain de l’appareil électroménager, on a voulu savoir ce qu’il y avait dans les stocks de bouffe des Français.

Si vous ne faites pas partie de la population qui a reçu l’ordre de poursuivre l’activité économique coûte que coûte dans « le respect des règles de sécurité sanitaire » ou que vous avez la possibilité de le faire mais en télétravaillant, estimez-vous heureux. Comme aux plus belles heures de votre statut d’externe au collège des Coteaux, vous allez pouvoir petit-déjeuner, déjeuner, dîner et sauter des repas chez vous.

Même si la vente à emporter est encore autorisée et que les enseignes de la grande distribution sont toujours ouvertes, cuisiner à domicile pendant le confinement peut nécessiter quelques arrangements. Plutôt que de vous abreuver de tutos – on le fait aussi – on a demandé aux collègues, amis, proches et vagues connaissances de prendre une photo de l’armoire calorifugée qui leur sert de frigo et de raconter si le confinement avait déjà commencé à bouleverser leurs vies niveau bouffe.

Michel, 31 ans, conseiller home defense

« J'ai pris comme d'habitude mais un peu plus. Je me suis tourné vers des trucs très "bistrot". Genre des asperges pour aller avec la mayo – j'en ai un gros pot. Le rayon pâtes était presque vide au Leclerc, il ne restait que celles au blé complet que personne ne voulait. On y est allé avec ma copine juste avant le confinement et juste avant qu'ils mettent une jauge à l'entrée. À l'intérieur, il y avait énormément de monde aux caisses, du coup on a reposé les trucs et on s'est tiré. On avait déjà l'essentiel à la maison. On va ressortir mais clairement pas tous les jours. Ça sera vraiment s'il nous manque un truc. J'ai pas mal de viandes au congélateur : cuisses de poulet, côtes de veau et épaule de porc. J'ai racheté un saucisson à l'ail pour l'apéro. J'ai des légumes en conserve, des tomates et des flageolets notamment. J'ai pas de menu prévu à l’avance à part des cannelloni Zapetti que je vais bien gratiner au four pour le fun. Ma meuf bosse – enfin elle télétravaille - donc c'est moi qui fais la bouffe. Mais ça ne me déplaît pas. Je me suis préparé toute ma vie à ce moment. Ma petite touche personnelle en période de confinement, c'est du jus ACE (carotte, orange, citron). C'est dégueulasse mais blindé de vitamines. »

Margaux, 22 ans, étudiante

Le frigo de Margaux. Sans et avec le congélo ouvert.

« Bah je t'avoue que j'ai pas trop anticipé le truc. J'ai acheté pas mal de pâtes, je crois que j'en ai deux, trois kilos, avec trois ou quatre sauces et un peu de riz. Mais le frigo est vide parce que j'ai pas voulu m'encombrer avec des produits frais. Jusqu'à ce matin – mardi –, je pensais que j'allais pouvoir rentrer à Marseille. En fait, j'avais un peu la pression. Je ne savais pas trop où j'allais faire mon confinement, si j'allais me retrouver toute seule ici à Paris, avec des potes quelque part, ou à Marseille avec mes parents. Et puis quand j'ai vu le monde qui se déplaçait pour prendre le train, j'ai décidé de rester. Du coup, je pense que je vais bientôt aller faire des courses. »

Gauthier, 33 ans, vidéaste

« Tu vas être déçu parce que rien n'a changé. On n'a pas cédé à la panique. On vit normalement. No stress. Souple. Mon frère a fait des courses vendredi, ma mère hier et moi j'en ferai dimanche. On n'a assisté à aucune scène d'émeute et on a trouvé de quoi boire et manger sans problème dans l'épicerie en bas de chez moi. J'ai lu des trucs assez trash, genre des personnes handicapées et des personnes âgées qui se seraient battues avec des jeunes pour acheter à bouffer dans le supermarché à côté de chez moi. J'ai l'impression que c'est un peu comme les pénuries de carburant, quand les gens se précipitent dans les stations, il y a encore de l'essence. Le frigo fait un peu la gueule là mais j'ai la flemme de le mettre en valeur. Sinon, on a mis du champagne au frais pour fêter la fin du confinement (c'est complètement faux mais ça fait stylé). »

Emma, 29 ans, chargée de production

Le frigo d'Emma. Jour 1 / Jour 2.

« Le Covid-19 a bien chamboulé mes habitudes alimentaires. Généralement, je me fais un resto par semaine, quelques commandes Deliveroo et à bouffer le week-end quand j'ai le temps. Là, le rythme est plus soutenu. Pour les repas, je me base sur des combinaisons que je fais normalement tous les trois mois, genre des pâtes au thon et à la tomate. J'essaie de respecter la saisonnalité donc les légumes ne sont pas folichons ces derniers temps mais j'ai fait des bonnes asperges avec de la feta. J'ai aussi acheté des graines de courge et d'autres trucs que je n'aurais jamais acheté pour le côté "healthy". Je ne vais pas passer la totalité du confinement à faire des recettes mais je regarde des tutos sur Internet. On n'est pas sur de la grande cuisine de toute façon. J'ai envie de faire des gâteaux mais je n'ai que de la levure chimique périmée depuis 2016. J'ai fait des courses par-ci, par-là mais les magasins avaient été dévalisés. De toute façon, l'idée c'est de respecter les directives et de ne pas trop sortir. J'imagine que je vais y aller mollo sur les œufs parce qu'il n'y en avait pas partout et sur la bouteille de Martini qui me reste. »

Eudes, 27 ans, graphiste et musicien

« Je cuisinais beaucoup avant, donc le confinement n'a rien changé pour moi. Aujourd'hui, je cuisine juste plus longtemps parce que j'ai le temps. Vers chez moi, les commerces sont blindés de produits frais et il n'y a personne à l'intérieur. Hier, j'étais le seul client de mon magasin bio. J'étais triste de voir les gens se ruer sur les pâtes ces derniers jours alors que l'on peut stocker plein d'aliments plus nutritionnels et moins chers. Tu prends les légumineuses, les céréales, lentilles ou haricots, tu as mille variétés. Et dans les magasins bio, ça coûte 20 centimes les 100 grammes. Les gens se font niquer par manque d'idée alors que tu trouves comment cuisiner ça facilement sur internet. Mon frigo n'est pas plein mais j'ai une grosse collection de piment. J'en fais plein pour varier les plats. Comme ça, même si je mange du riz pendant dix jours, j'ai jamais le même goût. »

Sonia, 21 ans, travailleuse humanitaire

« En gros, j’ai acheté plus que d’habitude pour éviter de faire les courses aussi souvent qu’avant. Normalement, j’achète beaucoup de produits frais, légumes et fruits. Genre tous les deux, trois jours. Là, je pense que je vais limiter à une fois par semaine. Manger plus de céréales et de boîtes. J’ai acheté des œufs aussi. Je suis végétarienne donc je vais m’adapter. À la place des produits frais, je suis partie sur des choses qui se conservent plus longtemps. Au final, pas de changement drastique dans mon mode de consommation pour l’instant. »

Nicolas, 27 ans, startuppeur

« L'étage tout en haut, c'est du lait d'avoine, de riz et de coco. Pour l'eau, j'ai une gourde donc les bouteilles que tu vois, c'est uniquement quand il y'a une overnight guest. Ne me juge pas. Dans mes protips, je conseille La Ruche qui dit oui, Bio c'bon et Monop' qui livrent devant ta porte. Ça sonne et puis voilà. Tu ne vois personne. Tu respectes les règles. J'ai des livraisons prévues tous les deux, trois jours que j'avais prévues à l'avance. J'en ai reçu une aujourd'hui. À l'aise. Comme ça, je ne change pas trop mes habitudes. Après, je mange jamais chez moi donc là, c'est de toute façon un peu exceptionnel. J'ai acheté pas mal de conneries du type pâtes complètes, quinoa ou rubans de spiruline. Mais heureusement, des trucs frais vont arriver régulièrement. Flemme de manger des surgelés pendant quinze jours. Et puis j'habite seul donc, en vrai, combien de kilos tu veux que je stocke ? Ça ne sert à rien. J'ai justement pas trop accumulé parce qu'il y a mille services qui livrent à domicile en direct de chez les producteurs. »

Lucile, 28 ans, directrice artistique

« Comme tu peux le voir, c'est très protéiné comme d'habitude. J'ai fait les courses qu'une seule fois depuis que je suis de retour à Paris. Et il n'y avait pas grand-chose. Du coup, j'ai fait un tableau de rationnement pour la première semaine à la maison. Flemme de rester plus de 10 minutes dans un Monop' après avoir fait une heure de queue. La seule chose qui change, c'est que je prends des trucs plus chers parce qu'il n'y a plus que ça. Je vais quand même tester Carrefour la prochaine fois. Les légumes, j'ai zappé mais c'est aussi parce que mon mec a oublié la ratatouille en allant chez Picard. Ma mère m'a filé un paquet de pâtes à Béziers pour subsister les premiers temps et ça m'a un peu sauvé. Sinon, le niveau de M&Ms baisse beaucoup trop vite et j'ai pas acheté de PQ par principe parce que j'en avais encore mais je crois que je vais le regretter. »

Sébastien, 28 ans, gamer

« Nous sommes trois colocataires. Notre réfrigérateur est donc divisé en trois étages. Le plus élevé, le mien, est aussi le plus petit : je me suis bien fait niquer. S'y entassent une grande quantité de yaourts prétendus islandais car j'aime leur haute teneur en protéines, des escalopes de poulet car j'aime leur haute teneur en protéines, deux pots de pesto entamés qui montrent que je sais m'amuser et un pot de crème fraîche pour quand je fais vraiment la cuisine. Comme je suis enfermé, je ne bouge pas beaucoup, donc je ne mange pas grand-chose : le poulet va à la poêle avec le pesto et, si j'ai encore faim, je mange un yaourt sans rien ou je bois de l'eau, pour me remplir l'estomac. Le coronavirus ne change pas grand-chose, finalement. »

Zazie, 32 ans, journaliste culinaire

« J’ai fait quelques courses samedi dernier mais je ne suis pas ressortie depuis. J’étais chez Tang Frères dans le XIIIe donc j’ai acheté des nouilles chinoises, du chou, un panier vapeur et des Ferrero Rocher. Ensuite, j’ai été garder mon neveu. J’ai récupéré des fruits et des légumes sur le trajet : des oranges, de la salade, des poireaux, des carottes et des patates. Je suis allé récupérer des affaires au bureau avant qu’il ferme et BAM, il y avait un Julhès en face donc j’ai acheté du vin nature. J’ai aussi des pâtes fraîches qu’un copain restaurateur donnait parce que ça allait périmer. Mon mec est juste sorti prendre des citrons, du persil et du Sopalin parce qu’il n’a pas trouvé de PQ. Mon frigo est minus. J’ai des conserves de canard et pas mal de trucs dans les placards : anchois, piments, tomates séchées, thon et câpres. Je ne réfléchis pas trop aux recettes, j’ai fait un pain aujourd’hui (mercredi) car j’ai du levain dans mon frigo. J’ai envie de faire des trucs que je n’ai jamais faits. Voilà. C’est comme d’habitude sauf que je mange plus chez moi et que je fais de la gym par internet. J’ai aussi découvert que mon caviste est resté ouvert. »

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.

Publicité