AFP photos 2019
Société

2019 vue par les photographes de l'agence France-Presse

Ce n'est pas très réjouissant.
06 décembre 2019, 4:39pm

« Le but de mon travail est de documenter notre histoire contemporaine et de la montrer dans les médias de masse afin qu’il soit vu par le public le plus large possible. Celui-ci doit voir et savoir. Plus la société est informée, plus il est possible de mettre la pression pour qu’une situation inacceptable change. » Ces mots sont prononcés par James Nachtwey, un des pontes du photojournalisme. A travers son travail, le photographe américain démontre que l’image vaut parfois plus que tous les mots, aussi puissante et émotionnelle qu’anglée et explicative. Et il n’est pas le seul.

L’Agence France-Presse a récemment publié les clichés les plus marquants que ses photographes ont pris en 2019. Présents au quatre coins du monde ils sont les témoins privilégiés d'événements qui se déroulent loin de chez nous et ils en sont les relais. Ils saisissent des instants, parfois furtifs, pour mieux les faire perdurer, afin que nous ne les oublions pas. L'humain est souvent au centre de leurs attentions.

Les photos ci-dessous :

Changement climatique

13 juin 2019. Steffen Olsen, scientifique à l’Institut danois de météorologie, a immortalisé des chiens de traîneau qui pataugeaient dans l'eau stagnante d’une banquise fondue lors d'une expédition dans le nord-ouest du Groenland. La glace dans la région se forme de façon assez fiable chaque hiver et est très épaisse, ce qui signifie qu'il y a relativement peu de fractures dans lesquelles l'eau de fonte peut s'écouler. Olsen a indiqué que son équipe se fiait aux connaissances traditionnelles des chasseurs locaux et de leurs chiens pour trouver des endroits secs sur la glace. Les chercheurs ont également utilisé des images satellites pour planifier leur voyage. Selon eux, cette photo documente une « journée inhabituelle » et est « plus symbolique que scientifique ». STEFFEN OLSEN/Institut danois de météorologie/ AFP

Hong-Kong manifestations

15 septembre 2019. Des manifestants pro-démocratie se protègent des canons à eau tirés par les policiers devant le siège du gouvernement à Hong Kong. La police antiémeute a également lancé des gaz lacrymogènes sur des manifestants qui lançaient des pierres et des cocktails Molotov, dans un retour au chaos politique qui sévit dans la ville. ISAAC LAWRENCE/AFP

1575640664382-Capture-decran-2019-12-06-a-145633

18 août 2019. Les manifestants sont rassemblés dans le parc Victoria à Hong Kong, dans la dernière opposition à un projet de loi d'extradition qui s'est depuis transformé en un appel plus large à l’exercice des droits démocratiques dans cette ville semi-autonome. Plus d'1,7 millions de personnes se sont mobilisées afin de montrer aux dirigeants de la ville que leur mouvement de protestation continue d'attirer un large soutien public, malgré la montée de la violence et les menaces d'intervention militaire de Pékin. PHILIP FONG/AFP

Blessée Syrie

26 février 2019. Une jeune Syrienne blessée attend d'être sauvée des décombres à côté du corps de sa sœur, dont on peut voir les mains à droite de la photo et qui n'a pas survécu aux bombardements du régime à Khan Sheikhun, dans la province d'Idlib, contrôlée par les rebelles. Les bombardements ont fait deux morts, ce qui porte à 42 le nombre de civils tués en février, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme basé en Grande-Bretagne. ANAS AL-DYAB/AFP

Amazonie

26 août 2019. L'agriculteur brésilien Helio Lombardo Do Santos promène son chien dans une zone brûlée de la forêt amazonienne, près de Porto Velho, dans l’État de Rondonia, au Brésil. Des centaines de nouveaux incendies ont éclaté en Amazonie brésilienne cet été, alors même que des avions militaires déversaient de l'eau au-dessus de régions durement touchées et que les pays du G7 s'engageaient à aider à combattre ces incendies. La fumée a étouffé la ville de Port Velho et forcé la fermeture de l'aéroport pendant près de deux heures, alors que des incendies faisaient rage dans l'État de Rondonia, au nord-ouest du pays, et que des efforts de lutte contre les incendies étaient déployés sur fond de tumulte mondial croissant et de crise diplomatique entre la France et le Brésil. CARL DE SOUZA/AFP

Syrie

16 octobre 2019. Une femme se tient le long d'une route à la périphérie de la ville de Tal Tamr, près de la ville kurde syrienne de Ras al-Ain, le long de la frontière avec la Turquie, dans la province nord-est de Hassakeh, En arrière-plan, des panaches de fumée émergent d’un incendie de pneus afin de réduire la visibilité des avions de combat turcs pendant l'offensive turque transfrontalière meurtrière contre les forces kurdes en Syrie, qui a provoqué un tollé international. DELIL SOULEIMAN/AFP

Prison État Islamique

26 octobre 2019. Des hommes, soupçonnés d'être affiliés à l’organisation État islamique (EI), sont rassemblés dans une cellule de prison dans la ville syrienne de Hasakeh, au nord-est du pays. Selon des sources kurdes, environ 12 000 combattants du groupe terroriste, dont des Syriens, des Irakiens et des étrangers en provenance de 54 pays, sont détenus dans des prisons gérées par des Kurdes dans le nord du pays. FADEL SENNA/AFP

Syrie armée

31 octobre 2019. Un jeune Syrien à bicyclette regarde un convoi de véhicules blindés américains près de la ville de Qahtaniyah, au nord-est de la Turquie. Les forces américaines, accompagnées de combattants kurdes des Forces démocratiques syriennes (FDS), ont patrouillé une partie de la frontière syrienne avec la Turquie, une première depuis que Washington a retiré ses troupes de la région au début du mois d’octobre, selon un correspondant de l’AFP. DELIL SOULEIMAN/AFP

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.